Vie Colombienne

LA VIE COLOMBIENNE DES  CHEVALIERS DE COLOMB

LA VIE COLOMBIENNE
L’Ordre colombien, de par sa nature, ses objectifs,
ses caractéristiques et ses principes,
ne peut que rendre fier d’appartenir
à un si beau mouvement.
Il a connu une évolution constante et même…
naturelle.
C’est ce qui lui permet, au Québec,
d’être toujours vivant après tant d’années.

Le recrutement

Le recrutement est l’une des préoccupations constantes des Officiers de l’Ordre depuis son implantation au Québec. Le mouvement cherche, par de nombreux moyens, à recruter des candidats, à augmenter son effectif et à conserver ses membres.

Les Cérémonies d’accueil

Étapes du pèlerinage colombien que l’Ordre connaît depuis sa fondation, les Cérémonies d’accueil doivent susciter une motivation suffisante pour développer un apostolat pour aujourd’hui donc, l’initiation aux degrés se veut un moyen pédagogique original qui consiste en des épreuves à passer, des étapes à franchir, les rites initiatiques doivent livrer un ou des messages, dégager les leçons et faire vivre une expérience forte; l’initiation aux degrés fait appel à des sentiments d’émerveillement, de fascination, d’appartenance, de découverte, d’incertitude.

Le parrainage

Le parrain est considéré comme un introducteur, une porte, d’où le nom de parrain. L’Ordre n’échappe pas à cette coutume ou tradition, de sorte qu’un candidat est toujours présenté et accompagné, pour ses premiers pas dans le mouvement, par un Chevalier parrain.

Les Conseils locaux

Ces constituantes de la base même du mouvement colombien permettent:

  • Une qualité de vie colombienne (programmes, activités, oeuvres, ressourcement chrétien et implication dans le milieu) et une grande participation des membres.
  • Une qualité de vie fraternelle (activités sociales ou de loisir).
Lors d’une consultation générale des membres du mouvement, réalisée dans le cadre d’États généraux, il a été décidé d’ouvrir au public les portes des Conseils, non seulement pour les activités, mais aussi pour redonner une image plus juste de l’Ordre et lui permettre de devenir partie prenante des décisions importantes des milieux.

La revue Le Colombien, publié 8 fois l’an, se veut l’organe d’information et le moyen de diffusion du discours officiel de l’Ordre. Elle permet d’entretenir un lien d’appartenance à l’Ordre, car les membres y retrouvent certaines tranches de la vie colombienne des Conseils. Par leur revue, les Chevaliers de Colomb sont renseignés sur les activités nombreuses et variées qui s’articulent autour des quatres principes vécus au quotidien.

Les Écuyers colombiens (les jeunes)

Le but des Cercles d’Écuyers colombiens est de permettre à des jeunes de 12 à 18 ans d’acquérir un idéal et de former leur caractère par l’intermédiaire du leadership d’un adulte.

Le Quatrième degré

Fondé sur le principe du patriotisme, le Quatrième degré d’accueil dans l’Ordre a comme but de rendre plus visible la présence des Chevaliers de Colomb en certaines occasions, par un costume distinctif ou celui du corps de garde en certaines circonstances.

Un mouvement catholique, familial et fraternel au service du milieu

Tout mouvement, quel qu’il soit, ne peut exister sans des membres dévoués à sa cause et qui croient en leur mouvement et en ses finalités. L’Ordre colombien tire sa force de chacun des Chevaliers, lesquels sont prêts à oeuvrer et à s’impliquer dans des activités paroissiales, pastorales, communautaires, familiales, jeunesse et autres.
Les C de C ont une place dans la vie de l’Église
Les C de C ont une place dans la communauté   L’assurance des C de C a une place dans la sécurité des membres
Les conjointes ont une place dans l’Ordre des C de C  Les familles ont une place dans l’Ordre des C de C
Les C de C ont une place dans la vie des jeunes  Les C de C ont une place auprès des personnes âgées…
et des handicapés

S’engager, ça veut dire s’impliquer personnellement …