Historique

Historique du Village St-Damase


Historique MUNICIPALITÉ
VILLAGE ET PAROISSE DE SAINT-DAMASE

Saint-Damase
Bornée au nord par Saint-Hyacinthe, Saint-Damase, qui couvre 79 km2, voit la rivière Yamaska constituer sa limite est, près de Saint-Pie.

En 2001, la municipalité du village de Saint-Damase et la municipalité de la paroisse de Saint-Damase se regroupaient pour constituer la nouvelle municipalité de Saint-Damase. Vers 1795, les premiers pionniers de la région maskoutaine s’installent sur un territoire qui jouxte la future ville de Saint-Hyacinthe, dans la seigneurie du même nom, dite aussi Debartzch, dont elle est détachée en 1811. Plus tard, en 1823, ils s’organisent en une paroisse qui sera érigée canoniquement en 1829 sous l’appellation de Saint-Damase, nom que conserveront la paroisse civile (1835), le bureau de poste (1837) et la municipalité de paroisse (1845).

Les Damasiens identifiaient anciennement leur municipalité comme Saint-Damase-de-Saint-Hyacinthe, d’une part pour pallier toute confusion avec une municipalité homonyme du Bas-Saint-Laurent et, d’autre part, pour marquer leur appartenance territoriale primitive à la seigneurie Saint-Hyacinthe. Le territoire de la municipalité du village de Saint-Damase a été détaché de celui de la municipalité de paroisse en 1952.

Toutefois, la localité est bien antérieure à sa création officielle puisque Stanislas Drapeau (1863) signale dans la paroisse de Saint-Damase « Un petit faubourg d’environ 225 âmes ». Une gare sur le trajet Québec-Montréal s’y trouvait. De plus, la route principale reliant autrefois Saint-Hyacinthe à Montréal traversait l’endroit.

Partageant la même origine dénominative que la municipalité mère, la municipalité de village a toutefois été peuplée, à l’exception de quelques rues, beaucoup plus tardivement par des Beaucerons originaires surtout de Saint-Georges et des environs, à l’aube des années 1950.

La dénomination choisie par monseigneur Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, le 11 décembre 1820, a été déterminée par la fête du saint du jour, saint Damase 1er, en latin Damasus, né en Espagne vers 305 et mort à Rome en 384. Successeur du pape Libère en 366, ami de saint Jérôme à qui il a commandé la révision de la traduction latine du Nouveau Testament, Damase s’est distingué par la lutte acharnée qu’il a menée contre l’hérésie arienne et par sa restauration remarquée du culte des martyrs. Il a organisé le concile de Constantinople en 381. L’hypothèse avancée par Pierre-Georges Roy et assez répandue suivant laquelle on avait désiré rendre hommage à l’abbé Damase Ricard, ancien curé de La Présentation, en adoptant ce nom, doit être écartée puisque celui-ci, né en 1800, n’était âgé que de 20 ans lorsque l’appellation a été retenue.
Source: Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d’un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d’un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Pont Henri-Bourassa
Henri Bourassa (1868-1952), né à Montréal, était journaliste et politicien. Il fut fondateur et directeur du quotidien Le Devoir, de 1910 à 1932, orateur, auteur de plusieurs publications et de brochures, homme public d’envergure nationale et défenseur du nationalisme canadien-français, du catholicisme et de la langue française. Fils du peintre Napoléon Bourassa et de Marie-Julie-Azélie Papineau, il était le petit-fils du patriote Louis-Joseph Papineau. Député du comté de Labelle à la Chambre des communes (1896), il démissionna en 1899 pour protester contre l’intervention du Canada dans la guerre sud-africaine et fut réélu en 1900 et 1904. Député du comté de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée législative (1908-1912), il redevint député de Labelle à la Chambre des communes, de 1925 à 1935.

Rue Principale
Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d’utilité pour les habitants locaux.

Rue Jodoin
Cet odonyme évoque les familles Jodoin de Saint-Damase dont plusieurs membres ont marqué l’histoire locale.

Chemin de la Rivière
La Commission de toponymie n’a pas diffusé de renseignements sur l’origine du nom, sa signification ou sur la raison pour laquelle on l’a attribué au lieu, soit parce qu’elle n’a pas l’information en main, soit parce que son programme de diffusion ne lui a pas encore permis de le faire. Elle invite toute personne détenant un renseignement intéressant sur l’un ou l’autre de ces sujets à communiquer avec la Commission pour lui en faire part.

Explications des Armoiries

La ruche, à quatre paniers, symbolise les quatre principales activités économiques d’une Communauté paroissiale :
l’agriculture, le commerce, l’industrie et le milieu professionnel,

Tandis que les abeilles symbolisent les travailleurs; l’ensemble ruche-abeilles représente Bien le dynamisme économique de Saint-Damase

Ainsi que les différents mouvements coopératifs mis sur pied par ses habitants dans différentes sphères d’activités économiques.

La fleur de lys symbolise le Québec, notre province, alors que le fond bleu nous rappelle notre Mère patrie, la France.

La feuille d’érable symbolise le Canada, notre pays, Alors que le rouge fait allusion à l’Angleterre lors de sa conquête.

La gerbe de blé représente l’agriculture, pilier important de l’économie local Grâce à la richesse des terres de Saint-Damase,

Tandis que la stylisation de la gerbe représente le modernisme agricole des années 80.

La croix latine représente notre appartenance à l’Église Catholique

Tandis que le double profil de montagne nous rappelle notre situation géographique

Au Nord-Est du Mont-Rougemont sur lequel se dresse fièrement la Croix, Symbole de notre foi chrétienne.

La clé d’or symbolise le Saint Patron de notre paroisse;

L’anneau en forme de ^^D^^ représente Saint-Damase

Et la petite croix, au panneton, nous rappelle ses hautes fonctions

Au sein de l’Église Catholique, Puisqu’il fut PAPE de l’an 366 à l’an 384.

Le fond vert représentant l’espérance et l’avenir d’un peuple Ou d’une communauté paroissiale.

La devise “LABOR ET PROBITAS” ou ” TRAVAIL ET PROBITÉ”
illustre bien l’état d’esprit qui anime les habitants de Saint-Damase et qui fait de notre patelin un endroit prospère, chaleureux et accueillant où il fait bon vivre.